Sport associatif : quelques mots de Thierry BRAILLARD

Portrait de Thierry Braillard

Thierry Braillard

Avocat de profession, ex-vice président de la communauté urbaine Grand Lyon chargé des pôles de loisirs et de commerce et ex-vice-président de la région Rhône-Alpes chargé de l’organisation générale des relations extérieures et de la vie associative.

Actuellement Député de la 1ere circonscription du Rhône depuis 2012 et Secrétaire d’État chargé des sports de 2014 à 2017, Thierry Braillard est un des protagonistes du développement de la pratique sportive au sein des territoires ruraux et du projet natation pour tous.

Défenseur des valeurs du sport et de son rôle majeur au cœur des politiques de cohésion sociales, c’est un activiste des partenariats privés-publics dans lesquels d’une part les collectivités territoriales jouent notamment le rôle d’investisseur dans les équipements de façon maitrisée et d’autre part le monde du sport professionnel a la responsabilité du travail et de l’exploitation de l’outil en gestion quotidienne.
Ancien Secrétaire d’Etat chargé des sports (2014-2017), Thierry Braillard a beaucoup fait pour le développement du sport en France.Il a repris aujourd’hui son cabinet d’avocats à Lyon, spécialisé notamment en droit du sport.

Quel fut le sens de votre intervention dans notre débat ?

J’ai décidé de m’engager dans le Think Tank aux cotés de Mohed Altrad, dans le cadre de la Conférence sur le bénévolat dans le sport afin de contribuer à la réflexion sur une politique sportive qui privilégie le sport amateur et les bénévoles.

Il faut reconnaître que la ville de Montpellier est une ville sportive avec de très nombreux clubs professionnels qui sont dans le haut de tableau, et ce dans différents sports (football, rugby, Basket féminin, Hand, Volley). Le CREPS de Montpellier est un outil très important pour les sportifs de haut niveau qui l’utilise.

Mais aujourd’hui, notre société manque de lien social et force est de reconnaître que le sport, les clubs de proximité sont des acteurs prépondérants de ce « vivre ensemble » si important pour l’équilibre et l’homogénéité d’une cité.

Il faut les soutenir financièrement bien sûr, mais également leur permettre d’avoir des infrastructures de qualité. 

Il faut surtout soutenir les bénévoles, sans qui rien n’est possible. Des marques de respect et une véritable reconnaissance de leur action auprès des clubs, des soutiens en lien avec le sport professionnel,  il existe de nombreuses actions à mettre en œuvre pour répondre de façon plus forte à leurs besoins.

Il existe également d’autres idées à développer en faveur du sport pour tous, notamment pour faire en sorte que tous les jeunes montpelliérains qui arrivent en classe de sixième sachent nager. Une municipalité doit agir pour faciliter, encourager la pratique sportive, même pour des populations qui en sont éloignées. C’est une action parfois moins visible que le soutien à un club pro mais qui est plus profonde et plus enrichissante pour les citoyens concernés.

Le Think Tank a permis un regard sur la ville, une réflexion de fond sur un sujet qui intéresse les licenciés sportifs et bien au delà, tous ceux qui ont compris que le sport était également un atout pour rester en bonne santé.